Domaine Joly-De Lotbinière
Aller directement au contenu

Vous êtes ici : Accueil > Nouvelles > Les pattes de kangourou (Anigozanthos)

Les pattes de kangourou (Anigozanthos)

Les pattes de kangourou (Anigozanthos)

Bonjour à tous,

Aujourd'hui, je vous parle d'une plante qui nous revient grâce au programme de commercialisation de DECO-Style, dirigé par mon ami Normand Tellier. Les pattes de kangourou (Anigozanthos) avaient connu une bonne popularité en 2006. D'ailleurs, le cultivar 'Kanga Red' avait été nommé Exceptionnelles 2007.

En 2016, ces plantes australiennes sont de nouveau disponibles pour les jardineries. La beauté et la durée de leurs floraisons sont remarquables.

Bonne lecture,

Rock

P.S. Le sujet des graines germées et des jeunes pousses sera traité la semaine prochaine. J'ai dû le remettre d'une semaine, à cause d'un manque d'éléments photographiques. Cela explique aussi la publication de mon infolettre ce mardi plutôt qu'hier.

Entête Rock Giguère

Date : 14 mars 2016
Infolettre : 20160314

Les pattes de kangourou (Anigozanthos)

L’anigozanthe ou pattes de kangourou appartient à la famille des Haemodoracées. C’est l’emblème de l’Australie-Occidentale. C'est une plante herbacée non rustique sous nos climats. L’extrémité de leurs tiges florales évoque une patte d’un jeune kangourou, d’où leur nom vernaculaire de pattes de kangourou.

Cette plante se cultive bien en contenant et en platebande. Ses intérêts particuliers : le coloris tropical de ses fleurs, la forme originale de ses bractées, l’aspect duveteux de la plante et sa fréquentation par les colibris.

L’anigozanthe ou pattes de kangourou appartient à la famille des Haemodoracées
L’anigozanthe ‘Joe Joe Yellow’ (Anigozanthos ‘Joe Joe Yellow’)

L’un des plus importants programmes d’hybridation du genre Anigozanthos a été mené, à partir des années 1970, en Australie par Merv Turner et continué par la suite par Angus Stewart. Hybridant des plantes australiennes depuis plus de 20 ans, celui-ci a créé de nouveaux cultivars plus compacts, une floraison de plus longue durée ainsi que des plants bien ramifiés et résistant aux maladies. La série Kanga® fait partie de ce programme. Angus a hybridé intensivement onze espèces d’anigozanthes.

Rencontre avec l’hybrideur Angus Stewart de l'Australie au OFA Short Course à Columbus, en Ohio, le 15 juillet 2007.
Rencontre avec l’hybrideur Angus Stewart de l'Australie au OFA Short Course à Columbus, en Ohio, le 15 juillet 2007.

La culture de cette plante australienne exige peu d'attention durant la période estivale. Il faut cependant éviter d’arroser le cœur de la plante, pour ne pas provoquer la pourriture des racines. Un peu de gravier autour du col garde la couronne bien au sec. À la plantation, on ne doit pas enfouir le plant trop profondément. Cette plante nécessite un arrosage modéré l’été pour les jardiniers, même si la plante a besoin d’eau lors de sa floraison : cette plante supporte bien la sécheresse, une fois bien établie. L'anigozanthe se plaît sous le soleil et la chaleur. Un sol sablonneux et bien drainé assure une bonne performance.

La série Kanga®

Les plantes de cette série donnent plus de bractées que les cultivars traditionnels. Les couleurs de fleurs possibles sont : le rouge, le bourgogne, l’orange, le rose, le jaune et une fleur bicolore rouge et verte. Le plant forme une rosette basale de feuilles vert glauque. Les feuilles en forme d’épée sont étroites et duveteuses. Elles poussent à partir d’un rhizome sous-terrain. Les tiges florales laineuses sont érigées et peuvent mesurer de 30 à 60 cm (1 à 2 pi) de hauteur. Le plant peut atteindre 30 à 40 cm (12 à 16 po) de largeur.

L’anigozanthe ‘Kanga Orange’ (Anigozanthos 'Kanga Orange').
L’anigozanthe ‘Kanga Orange’ (Anigozanthos 'Kanga Orange').

Les anigozanthes de la série KangaTM

Commercialisées par Bodger Botanicals Ltd. en Californie, les plantes de cette série donneraient plus de bractées que les cultivars traditionnels. Les couleurs de fleurs possibles sont : le rouge, le bourgogne, l’orange, le rose, le jaune et une fleur bicolore rouge et verte. Des efforts sont actuellement effectués pour mettre en marché l’anigozanthe à floraison rouge et verte pour la saison de Noël.

          ‘Kanga Burgundy’
          ‘Kanga Orange’ (‘Bush Spark’ dans la série Bush Gems®)
          ‘Kanga Pink’ (‘Bush Pearl’ dans la série Bush Gems®)
          ‘Kanga Red’ (‘Bush Inferno’ dans la série Bush Gems®)
          ‘Kanga Red & Green’ (‘Bush Games’ dans la série Bush Gems®)
          ‘Kanga Yellow’

L’HERBIER

Type : plante herbacée vivace non rustique sous nos climats.
Port : touffe de feuilles basales étalée et tiges florales érigées.
Croissance : modérément vigoureux.
Hauteur : 30 à 60 cm (1 à 2 pi).
Largeur : 30 à 60 cm (1 à 2 pi).

L’anigozanthe ‘Joe Joe Orange’ (Anigozanthos 'Joe Joe Orange')
L’anigozanthe ‘Joe Joe Orange’ (Anigozanthos 'Joe Joe Orange')

Écorce et tige : la tige florale laineuse et orangée est érigée et peut mesurer de 30 à 60 cm (1 à 2 pi) de longueur. L’extrémité de la tige florale évoque une patte d’un jeune kangourou, d’où son nom populaire de pattes de kangourou.

Feuillage : le plant forme une rosette basale de feuilles vert glauque. Les feuilles en forme d’épée sont étroites et duveteuses. Elles poussent à partir d’un rhizome sous-terrain.

Floraison : fleurs tubulaires rouge orange (bractées) portées bien au-dessus du feuillage, du printemps à l’automne. Les cultivars ‘Bush Pearl’ (KangaTM Pink) et ‘Bush Ranger’ ont la caractéristique de pouvoir fleurir continuellement en Australie alors que la floraison des autres hybrides est plutôt saisonnière. Par contre au Québec, nous ne pouvons simuler les conditions pour les faire fleurir aussi longtemps. Les fleurs sont nectarifères. La longue floraison, qui dure tout l’été, peut épuiser les plants qui paraissent alors se dégrader. Il est fort judicieux à ce moment de procéder à un rabattage de la plante (voir taille).

Parfum : pas intéressant.

Fructification : le plant donne de petites graines lorsque les fleurs sont fanées. Le taux de germination des graines est généralement bas et peu fiable. À l’état sauvage, les graines germent après des feux de broussailles : le feu stimule la germination, éclaircit l’environnement des plants qui germeront et produit par les cendres de la nourriture aux futurs anigozanthes.

Récolte : lorsque la fleur est sèche. Cependant les graines des cultivars ne donnent pas une descendance fidèle.

Anigozanthe 'Kanga Pink' (Anigozanthos ‘Kanga Pink) dans mon jardin le 2 août 2006.
Anigozanthe 'Kanga Pink' (Anigozanthos ‘Kanga Pink) dans mon jardin le 2 août 2006.

Sol : sablonneux, bien drainé, pH entre 5,5 et 6,5. Il faut faire attention, car même si les nouveaux cultivars sont offerts à l’intérieur de séries commerciales comme KangaTM et Bush Gems®, leurs conditions de culture, dont les caractéristiques du sol, peuvent varier grandement entre eux. En effet, leur matériel génétique est très diversifié et varie d’un cultivar à l’autre.

Exposition à l’intérieur : fenêtre orientée au sud.

Exposition à l’extérieur : beaucoup de soleil et de chaleur.

Rusticité : zone 9.

Température idéale : si on veut cultiver cette plante à l’intérieur durant l’hiver il faut lui donner une température de 180 à 230 C durant le jour. Une baisse de la température entre 150 et 180 C durant la nuit est idéale pour la plante.

Température minimale : -40 C. La plante peut donc tolérer de légers gels, une fois bien établie.

L’anigozanthe ‘Kanga Yellow’ (Anigozanthos ‘Kanga Yellow’) chez-moi en culture en 2015.
L’anigozanthe ‘Kanga Yellow’ (Anigozanthos ‘Kanga Yellow’) chez-moi en culture en 2015.

Protection hivernale : entrer à l’intérieur avant les premiers gels au sol.

Arrosage : arrosage modéré l’été, même si la plante a besoin d’eau lors de sa floraison : cette plante supporte bien la sécheresse, une fois bien établie. Il faut éviter de mouiller le feuillage lors des arrosages. On réduit l’apport d’eau à l’intérieur.

Fertilisation : même si les anigozanthes peuvent offrir une bonne performance sans fertilisant, ils répondent très bien à la fertilisation. Lorsqu’on taille le plant après la floraison on doit fertiliser celui-ci avec un engrais à relâchement lent pour faciliter sa régénérescence.

Taille : comme la touffe de feuilles ne fleurit qu’une seule fois, on doit couper les tiges et les feuilles basales à la fin de la floraison. Si on entre le plant à l’intérieur, c’est le bon temps d’effectuer la taille. La plante va ensuite se régénérer en développant un feuillage vert et sain qui produira une nouvelle floraison. Les points de croissance de l’anigozanthes étant situés sous la terre, il n’y a aucun problème à le rabattre. Sans cette taille, cette plante est plus susceptible de développer des pourritures de feuilles et de racines lorsqu’elle n’est plus en floraison.

L’anigozanthe ‘Kanga Red’ (Anigozanthos 'Kanga Red').
L’anigozanthe ‘Kanga Red’ (Anigozanthos 'Kanga Red').

Note : Les photographies des plantes qui ont fait l’objet de cette infolettre sont ou seront disponibles sous peu sur le site : www.millettephotosdeplantes.com.

Au plaisir !!!!!! Enjoy !!!!!!!!

Rock Giguère
2016-03-14

« Retour

Explorer, découvrir et se divertir

Endroit de prédilection pour tous les amateurs de patrimoine, de jardins, de culture, de photographie et de détente, le Domaine Joly-De Lotbinière vous propose une remarquable rencontre avec l'histoire et la nature, un pique-nique sous les arbres centenaires, une promenade au cœur de magnifiques jardins, une randonnée en forêt, une balade-découverte au bord du fleuve et plus encore...

Pour information

  • Téléphone : 418 926-2462
  • Télécopieur : 418 926-2525

Abonnez-vous à l'infolettre



Imprimer

Suivez-nous sur


Domaine Joly-De Lotbinière
7015, route Pointe Platon, C. P. 1000
Sainte-Croix, Québec, Canada
G0S 2H0
Téléphone : 418 926-2462
Télécopieur : 418 926-2525
Courriel :

Imprimé le : 4 décembre 2016