Domaine Joly-De Lotbinière
Aller directement au contenu

Vous êtes ici : Accueil > Nouvelles > HERBORISATION au Parc des Chutes Rouillard

HERBORISATION au Parc des Chutes Rouillard

Rock Giguère

HERBORISATION au Parc des Chutes Rouillard

Durant l’été, je voyage souvent et j’ai parfois deux ou trois heures «à tuer» ou durant laquelle je peux m'adonner à de l'herborisation.. Cela me donne l’occasion de visiter des points d’attraits le long de ma route. Le 8 juillet 2014, en après-midi, je revenais d'un tournage à Saint-Jean-Chrysostome pour Passion Jardins (Club des Passionnés). J'ai décidé de revenir par la route de «Dorchester» pour passer revoir un endroit idyllique que j'avais connu lors de mon internat à Saint-Anselme, vers 1962.

Le lieu avait conservé son cachet mais on y avait aménagé un site touristique appelé le Parc des Chutes Rouillard. Je vous présente dans cette infolettre des plantes indigènes que j'y ai observées. Bien entendu, je ne peux m'empêcher de vous montrer d'abord la topographie du lieu.

Parc des Chutes Rouillard     Parc des Chutes Rouillard

La photographie des plantes était parfois ... périlleuse.

Centaurea nigra L. 1753
La centaurée noire
Black knapweed, black starthistle, hardheads

La centaurée noire est une plante vivace ramifiée et bien dressée qui a été introduite comme plante ornementale en Amérique, à partir de l'Europe. Cette centaurée peut atteindre 40 à 80 cm (16 à 32 po) de hauteur. Elle donne des fleurs rose violet de 2 à 3 cm (¾ à 1¼ po) de diamètre de de juillet à septembre. Les fleurs attirent les abeilles et les papillons. Les feuilles sont alternes, allongées et dentées. Cette plante est proche des chardons et des cirses (Cirsium). La centaurée noire appartient à la famille des Astéracées.

Centaurea nigra

Centaurea nigra

Centaurea nigra

Campanula gieseckeana Vest 1819
La campanule de Giesecke
Giesecke’s bellflower

Cette plante indigène, de la famille des Campanulacées, pousse généralement dans les fissures des rochers. On l’aperçoit fréquemment sur les rivages maritimes du fleuve Saint-Laurent. La campanule de Giesecke est indigène au Canada et aux États-Unis.

Campanula gieseckeana

Elle donne à la fin de juin et en juillet des fleurs bleu lavande en forme de clochette. Les fleurs sont composées de cinq pétales. Les feuilles basales sont rondes et les feuilles de la partie érigée de la tige sont longues et étroites. Les tiges sont parfois si faibles, qu’elles plient comme si un poids les empêchait de demeurer érigées. Le plant peut atteindre 20 à 30 cm (12 po) de hauteur et 30 cm (12 po) d’étalement. Il est rustique jusqu’en zone 2.

Le nom de l’espèce honore l’explorateur polaire allemand Karl Ludwig Giesecke (1761-1883) qui a séjourné sept ans au Groenland et a envoyé un spécimen de campanule au botaniste autrichien Lorenz Chrysanth von Vest (1776-1840) qui a identifié cette nouvelle espèce et l’a nommée en l’honneur de Giesecke.

Note : La campanule à feuilles rondes de l'Amérique que nous appelions encore récemment Campanula rotundifolia L. 1753 a changé de nom. Elle est devenue Campanula gieseckeana. C'est le docteur Thomas G. Lammers du Département de biologie de l'université du Wisconsin à Oshkosh qui a établi ce changement taxonomique. La population nord-américaine formant un groupe monophylétique, donc issu d'un seul ancêtre, méritait un nouveau nom. Aujourd'hui, l'espèce rotundifolia est réservée à la campanule à feuilles rondes qui pousse en Europe, en Russie et dans l'est de l'Asie.

La campanule à feuilles rondes de l'Amérique

Lotus corniculatus L. 1753
Le lotier corniculé
Garden bird's-foot trefoil, bird's foot deer-vetch, cat's clover

Cette plante herbacée vivace, appartenant à la famille des Fabacées, a été introduite en Amérique du Nord. Le lotier corniculé est originaire de l'Europe et de l'Asie. Les fleurs jaune doré ou jaune orangé, ressemblant à celles des pois, apparaissent en groupe de cinq à six fleurs. La floraison peut s'échelonner de juin à août. Le plant, au port semi-rampant, peut atteindre 10 à 30 cm (4 à 12 cm) de hauteur. Le lotier corniculé est une plante mellifère qui est une excellente source d'attraction pour les abeilles domestiques et les bourdons.

Lotus corniculatus L

Solidago hispida Muhl. ex Willd. 1803
La verge d'or hispide, la solidage hispide
Hairy goldenrod, pale goldenrod, shaggy goldenrod, upland goldenrod

La verge d'or hispide est une plante herbacée vivace qui appartient à la famille des Astéracées. On trouve cette plante calcicole, qui recherche donc un milieu riche en calcaire actif, dans les sols sablonneux, graveleux ou rocheux. De juillet à septembre, cette plante indigène donne des panicules denses et étroites de petites fleurs jaune brillant. Les fleurs présentent 7 à 14 pétales (rayons). Généralement, les panicules mesurent plus de 30 cm (12 po) de longueur. Le plant peut mesurer 30 à 90 cm (1 à 3 pi) de hauteur et 15 à 30 cm (6 à 12 po) de largeur. Il a tendance à former surtout des feuilles ovales basiliaires. Les feuilles sont densément velues et les tiges sont de modérément à densément velues, ce qu'évoquent le nom de l'espèce. Cette plante est rustique dans les zones 3 à 8. La verge d'or hispide attire les abeilles et les papillons.

Solidago hispida

 Solidago hispida

Solidago hispida

Solidago hispida

Hieracium vulgatum Fr. 1819 (FNA Ed. Comm., 2006a) (selon Canadensys Hieracium maculatum Schrank 1789 serait synonyme de Hieracium vulgatum) (selon GRIN Hieracium vulgatum serait synonyme de Hieracium lachenalii Suter 1802) (selon The Plant List Hieracium maculatum est une appellation scientifique acceptée)
L'épervière vulgaire, l'épervière du Groenland, l'épervière de Lachenal, l'épervière tâchée, l'épervière à feuilles maculées
Lachenal's hawkweed, common hawkweed, English hawkweed, showy hawkweed

L'épervière vulgaire, aussi appelée épervière à feuilles maculées, est une plante herbacée vivace qui appartient à la famille des Astéracées. Originaire de l'Europe et de l'Asie, cette plante naturalisée a été introduite au Canada et aux États-Unis. On peut trouver cette espèce sur les rochers ou les talus pierreux, sur le bord des rivières et des routes. Elle aime un sol légèrement acide, plutôt sec et pauvre, exposé au soleil. Cette épervière forme une rosette basale non stolonifère de trois à huit feuilles basilaires, vert vif maculées de taches pourpre brunâtre. Ses feuilles lancéolées et dentelées sont légèrement poilues sur les deux faces. Cette plante produit des fleurs jaunes sur une tige bien dressée, de juin à août. Le plant peut atteindre 30 à 80 cm (12 à 32 po) de hauteur.

Hieracium vulgatum

Spiraea latifolia (Aiton) Borkh. 1803 (Syn. Spiraea alba var. latifolia (Aiton) Dippel 1803)
La spirée blanche à larges feuilles, la spirée à larges feuilles, le thé du Canada
Broad-leaved meadowsweet

Les feuilles de cet arbuste, au port buissonnant, sont vertes sur le dessus et bleu gris à l'endos. La spirée blanche à larges feuilles produit des panicules de fleurs blanches ou rosées non parfumées, composées de cinq pétales. Cette plante indigène peut atteindre 1 à 1,2 m (3 à 4 pi) de hauteur et 60 à 90 cm (2 à 3 pi) de largeur. Elle est rustique jusqu'en zone 3. Cet arbuste est fort utile pour stabiliser les bordures riveraines. Cette rosacée se développe bien au soleil ou à la mi-ombre.

Spiraea latifolia

Achillea millefolium L. 1753
L’achillée millefeuille, l’herbe à dinde, l'herbe à dindons
Common yarrow, milfoil, yarrow

L'achillée millefeuille fait partie de la famille des Astéracées. Elle pousse principalement dans les zones boréale et tempérée de l'hémisphère nord. Ses habitats sont très divers allant de la toundra aux affleurements rocheux comme sur la photo ci-dessous. Cette espèce est très variable dans la nature. Apparemment, on comprendrait très mal la complexité botanique de cette espèce. Cette plante herbacée vivace, très commune au Québec, est à la fois indigène et introduite. C'est une plante ornementale bien répandue aussi par ses nombreux cultivars.

Achillea millefolium L

Le plant est composé de tiges velues et bien dressées pouvant mesurer 20 à 60 cm (8 à 24 po) de hauteur. Ses feuilles vert foncé sont aromatiques et très divisées, d'où son nom de millefeuille. Elle produit des inflorescences aplaties de fleurs habituellement blanches, mais elles peuvent être aussi rosées. Les fleurs sont très prisées par les insectes bénéfiques. La plante entière dégagerait des effluves de camphre. Elle pousse très bien sous une exposition ensoleillée dans un sol peu fertile. Elle tolère très mal l'ombre.

Achillea millefolium L

L’achillée millefeuille est une plante médicinale bien connue

Les Égyptiens et les Grecs l'utilisaient déjà comme plante médicinale.

Comme cette plante était un cicatrisant efficace dans le passé, les noms vernaculaires d’herbe aux coupures, d’herbe à la saignée, d’herbe aux charpentiers et d’herbe aux bûcherons lui furent assignés. Blessé par une flèche empoisonnée, Achille aurait profité de cette propriété. Ses guerriers utilisaient aussi l’achillée d’où son nom commun d’herbe au guerrier : porter quelques fleurs dans ses poches donne du courage et enlève la crainte. Lors de la Première Guerre mondiale (1914-1918), on aurait soigné des blessures légères avec de l’achillée faute de médicaments : ses noms communs d’herbe au soldat et d’herbe aux militaires furent alors en vogue. Elle aussi bénéfique contre les hémorragies ce qui explique son nom commun de saigne-nez.

L’achillée fait partie aussi des plantes que l’on appelle herbe de la Saint-Jean, car on lui attribue une efficacité exceptionnelle si on la cueille le matin du 24 juin. Au cours de l’histoire, on l’a souvent décrite comme la plante qui guérit tout.

Vaccinium angustifolium Aiton 1789
Le bleuet à feuiles étroites, l'airelle à feuilles étroites, le bleuet nain
Early lowbush blueberry, low sweet blueberry, lowbush bleuberry

Le bleuet à feuilles étroites appartient à la famille des Éricacées et est originaire du Canada et des États-Unis. L'espèce angustifolium est la plus commune à l'état naturel. Ce petit arbuste fruitier produit au printemps des fleurs blanches ou rosées en forme de clochettes qui sont suivies par des des grappes de baies bleues sucrées qui sont recouvertes d'une pruine qui leur donne cette couleur. Le bleuet à feuilles étroites exige une pollinisation croisée pour produire des fruits. Contrairement au bleuet fausse-myrtille, les tiges du bleuet à feuilles étroites sont presque dépourvues de poils, comme ses feuilles elliptiques et brillantes. Le plant peut atteindre 7 à 38 cm (3 à 15 po) de hauteur : sa hauteur moyenne est de 20 cm. Comme le bleuet est une plante acidophile, il préfère un sol acide et ce, en plein soleil. Il est cependant doté d'une grande capacité d'adaptation.

Vaccinium angustifolium

Toxicodendron radicans (L.) Kuntze 1891(Syn. Rhus radicans L. 1753)
L'herbe à la puce, le sumac grimpant, le sumac vénéneux
Poison Ivy

Cette plante invasive, surtout connue sous son nom vernaculaire d'herbe à la puce, est commune au Canada et aux États-Unis, mais aussi en Russie, en Chine, au Japon, aux Bahamas, aux Bermudes et au Guatemala. Elle appartient à la famille des Anacardiacées.

Le nom du genre est issu en partie du mot grec toxicos, qui signifie poison recouvrant les flèches. Il rappelle donc que toutes les parties de l'herbe à puce renferme une résine toxique très puissante qui entraîne des démangeaisons et des éruptions cutanées, appelées dermatites, si on vient en contact avec cette substance. Plusieurs endroits situés près du fleuve Saint-Laurent, comme le Domaine Joly-De Lotbinière, sont au prise avec des colonies d'herbe à puce.

C'est un arbuste qui adopte plusieurs ports : rampant, dressé ou grimpant. C'est donc une plante très variable. La forme rampante, la plus commune, peut mesurer entre 10 à 80 cm (4 à 32 po) de hauteur. Ses feuilles sont composées de trois folioles pointues. L'herbe à puce produit des fleurs blanches ou vertes qui sont suivies de petites baies jaune terne verdâtre.

Toxicodendron radicans

Note : Je n'ai pas mentionné la variété dans ma description ci-dessus, pour parler de l'herbe à la puce en général. Dans la région de Québec, on trouve généralement la variété rydbergii, l'espèce radicans étant une plante grimpante que l'on observe principalement dans la grande région de Montréal. L'espèce radicans est plutôt rare.

Woodsia ilvensis (L.) R. Br. 1815
La woodsie d'Elbe, la woodsie de l'île dElbe
Rusty woodsia, fragrant woodsia, rusty cliff fern)

Cette petite fougère, originaire de l'Amérique du Nord et des régions froides de l'Europe et de l'Asie, fait partie de la famille des Woodsiacées. Elle forme une talle de frondes de 10 à 25 cm (4 à 10 po) de hauteur et de largeur. Les frondes mesurent entre 5 et 25 cm (2 à 10 po) de longueur et ne dépassent pas 3,5 cm (1½ po) de largeur. Souvent on la trouve au soleil ou à la mi-ombre dans les falaises et les pentes rocheuses, généralement dans un sol acide. Les crosses sont couvertes de poils blancs.

Woodsia ilvensis

Woodsia ilvensis

Woodsia ilvensis

La crosse de cette fougère est blanche.

Polypodium virginianum L. 1753
Le polypode de Virginie, la tripe de roche
Rock polypody, American wall fern

Cette fougère appartient à la famille des Polypodiacées. Elle est originaire du Canada et des États-Unis. Le polypode de Virginie colonise les rochers secs recouvert d'humus et les escarpements rocheux grâce à ses rhizomes qui résistent bien à la sécheresse. Cette petite fougère y forme un tapis dense. Ses feuilles, divisées en une seule fois, sont étroites et peuvent mesurer 8 à 25 cm (3 à 10 po) de longueur et 6 cm (2 ½ po) de largeur. Elles demeurent vertes toute l'année. Le plant, de croissance lente, peut atteindre 30 cm (12 po) de hauteur. La tripe de roche se cultive à l'ombre, car elle déteste le soleil. Une bonne humidité facilite son développement. Selon Jean-Jacques Rousseau, le nom commun de tripe de roche, un nom bien de chez-nous, est difficile à expliquer «à moins que les longues racines traçantes de cette fougère ne suggèrent les tripes, c’est-à-dire les boyaux, dans le sens canadien du mot).

Polypodium virginianum

Polypodium virginianum      Polypodium virginianum

Les pinnules, les subdivisions des frondes, sont plutôt arrondies chez le P. virginianum et pointues chez le P. appalachianum.

Mitchella repens L. 1753
La mitchelle rampante, le pain-de-perdrix, le mitchella rampant
Partridgeberry, running box, two-eyed berry

Cette petite plante indigène tapissante n'atteint que 2 à 5 cm (1 à 2 po) de hauteur mais peut s'étendre sur une distance supérieure à 30 cm (12 po) en s'enracinant aux noeuds des tiges. La mitchelle rampante arbore un feuillage persistant qui forme des tapis en sous-bois. Les feuilles vert très foncé et luisantes apparaissent le long de la tige et mesurent environ 2 cm (¾ po) de longueur. Elles présentent une nervure médiane vert pâle, ce qui leur donne un aspect de feuilles panachées. Cette plante herbacée vivace donne des fleurs blanches poilues, légèrement parfumées, suivies de quelques baies rouge vif comestibles qui persistent souvent tout l'hiver. Son nom commun de pain-de-perdrix évoque le fait que les gélinottes huppées se nourrissent de ses fruits. Cette plante se développe bien dans des endroits ombragés et frais, dans un sol légèrement acide. Sa croissance est lente.

Mitchella repens

Mitchella repens

Mitchella repens

Fallopia cilinodis (Michx.) Holub 1971
La renouée à noeuds ciliés
Fringed bindweed, black-fringed knotweed, fringed binweed

La renouée à noeuds ciliés fait partie de la famille des Polygonacées. C'est une plante introduite à partir de l'Europe et de l'Asie. Les tiges volubiles de cette plante grimpante vivace peuvent atteindre 1 à 2,2 m (3 à 7 pi) de longueur. Elles tournent dans le sens des aiguilles d'une montre. Ses tiges, qui peuvent être couchées, sont vertes à vert rouge. Des poils recouvrent les noeuds de la tige, d'où son nom de renouée à noeuds ciliés. Ses feuilles cordées mesurent entre 2,5 à 10 cm (1 à 4 po) de longueur. Durant l'été, cette renouée produit des panicules de petites fleurs blanc vert à cinq pétales, très peu spectaculaires.

Fallopia cilinodis

Fallopia cilinodis        Fallopia cilinodis

Le caractère majeur est le noeud cilié et ce caractère est visible sur cette photo - en plein centre le noeud au-dessus des 2 tiges qui s'enroulent horizontalement (commentaire de Jean-Denis Brisson).

Au plaisir !!!!!!

Rock Giguère

« Retour

Explorer, découvrir et se divertir

Endroit de prédilection pour tous les amateurs de patrimoine, de jardins, de culture, de photographie et de détente, le Domaine Joly-De Lotbinière vous propose une remarquable rencontre avec l'histoire et la nature, un pique-nique sous les arbres centenaires, une promenade au cœur de magnifiques jardins, une randonnée en forêt, une balade-découverte au bord du fleuve et plus encore...

Pour information

  • Téléphone : 418 926-2462
  • Télécopieur : 418 926-2525

Abonnez-vous à l'infolettre



Imprimer

Suivez-nous sur


Domaine Joly-De Lotbinière
7015, route Pointe Platon, C. P. 1000
Sainte-Croix, Québec, Canada
G0S 2H0
Téléphone : 418 926-2462
Télécopieur : 418 926-2525
Courriel :

Imprimé le : 1 octobre 2016