Domaine Joly-De Lotbinière
Aller directement au contenu

Vous êtes ici : Accueil > Nouvelles > HERBORISATION sur les berges du fleuve Saint-Laurent, Domaine Joly-De Lotbinière - Partie 1

HERBORISATION sur les berges du fleuve Saint-Laurent, Domaine Joly-De Lotbinière - Partie 1

Bonjour à tous,

Aujourd'hui, je vous fais parvenir un document que je prépare depuis un certain temps. Il est plutôt d'intérêt «botanique» qu'«horticole». Bien entendu, ce domaine est plus complexe pour moi que le côté horticole. Aussi, ne vous gênez pas pour m'envoyer vos commentaires si vous voyez des erreurs d'interprétation ou même d'identification.

Cette infolettre est la partie 1 de mes observations durant la fin de l'été 2014 sur les berges du fleuve Saint-Laurent au Domaine Joly-De Lotbinière. Donc, d'autres infolettres viendront compléter cette première initiative.

Espérant que le sujet vous intéressera comme il m'a fasciné à le travailler avec quelques experts et amis. Je n'ai pas eu le temps cependant de tout vérifier avec eux car c'est souvent un long processus et parfois, mes photos ne sont pas assez éloquentes pour identifier précisément certaines espèces. Il faudra donc du travail sur le terrain en 2015.

Bonne lecture,

Rock

HERBORISATION sur les berges du fleuve Saint-Laurent, Domaine Joly-De Lotbinière – Partie 1

Je suis en train d'organiser le trajet d'une excursion botanique au Domaine Joly-De Lotbinière qui devrait se concrétiser en 2015. La directrice et l'horticultrice sénior du Domaine ainsi que quelques botanistes m'accompagnent dans ce projet. À cet effet, je procède actuellement à l'inventaire des plantes indigènes du site. Vendredi le 29 août dernier, j'ai fait une découverte, que j'espérais, mais je me demandais quand même si elle surviendrait cette année. J'ai repéré une gentiane de Victorin (Gentianopsis victorinii). Je savais qu'elle était présente à la Réserve écologique de Pointe-Platon située directement à l'est des limites du Domaine, mais en repérer un spécimen aussi vite hors de cette limite m'a quand même surpris. Je vous présente aujourd'hui la partie 1 de mes découvertes sur les berges du fleuve Saint-Laurent.

Gentianopsis victorinii (Fernald) H.H.Iltis 1965 (Syn. Gentianopsis virgata subsp. victorinii (Fernald) Lammers 2004)
La gentiane de Victorin, la gentianopside de Victorin, la gentianopside élancé de Victorin

Cette plante a subi plusieurs changements taxonomiques depuis sa première description par Fernald en 1923, sous le nom de Gentiana victorinii. Le botaniste Iltis a statué en 1965 que toutes les gentianes frangées appartenaient au genre Gentianopsis Ma 1951.

La gentiane de Victorin est endémique au Québec, dans des sections d'eau douce de l'estuaire du fleuve Saint-Laurent. Sa limite sud-ouest se situerait à Deschambault et à Lotbinière. Cette plante, appartenant à la famille des Gentianacées, vit dans de très petits habitats. Elle a été désignée comme plante menacée en mai 2004. Son risque de disparition au Québec est élevé, principalement à cause du remblayage des rives, du passage des véhicules hors route, de l'installation de caches pour la chasse, du fauchage de la végétation riveraine mais aussi parce que la plante se retrouve souvent avec insuffisamment de lumière. En effet, cette plante a besoin d'une bonne luminosité pour se développer.

Comme c'est généralement une plante annuelle ou bisannuelle, donc qui ne survit en général que deux ans, elle assure sa pérennité par ses semis, si les conditions sont favorables, une autre de ses vulnérabilités. La première année, le plant est minuscule pouvant mesurer à peine 5 cm (2 po) d'étalement. La seconde année, le plant peut s'élever entre 18 à 50 cm (7 à 20 po) de hauteur. La gentiane de Victorin est issue d'une racine pivotante et peu ramifiée.

Gentianopsis victorinii

Les fleurs, d'un beau bleu iridescent, apparaissent au bout des tiges, de la mi-juillet jusqu'en septembre. Le sommet des pétales est finement fimbrié. Elles peuvent mesurer 3,5 à 5 cm(1½ à 2 po) de longueur à maturité. Elles se ferment en fin d'après-midi ou durant les journées sombres.

La gentiane de Victorin

Les fruits de cette plante unique au monde sont produits en août jusqu'en octobre. Les graines sont brunes et les fruits peuvent en contenir environ 400.

À Pointe Platon, la végétation basse lui permet de recevoir la lumière nécessaire pour son bon développement. La végétation qui n'est pas dense lui aide aussi à se développer. La marée la recouvre, mais comme cette gentiane est à la limite de celle-ci, l'eau ne la recouvre pas longtemps. Sa zone de croissance s'assèche donc à marée basse.

Saint-Michel-de-Bellechasse

La gentiane de Victorin est la fleur emblème de la municipalité de Saint-Michel-de-Bellechasse depuis 2007.

Lobelia kalmii L. 1753
La lobélie de Kalm, la lobélie des ruisseaux

Lobelia kalmii L. 1753

La lobélie de Kalm fait partie de la famille des Campanulacées. Cette plante vivace est originaire du Canada et des États-Unis. La fleur, mesurant environ 1,5 cm (½ po) de largeur, présente deux lèvres. La lèvre inférieure est composée de trois lobes et la lèvre supérieure, de deux lobes. La fleur de couleur bleue est teinte de blanc au centre. La floraison survient de juillet à septembre. Le plant est constitué de tiges rougeâtres dressées qui peuvent mesurer de 8 à 30 cm (3 à 12 po) de longueur. Elles portent peu de fleurs.

Le nom de l’espèce honore Pehr Kalm (1716-1779), un botaniste professionnel qui a écrit un journal de voyage lors d’un périple qu’il a effectué en 1749 sur le Saint-Laurent de Montréal à Charlevoix. Kalm est un suédois né de parents finlandais. Il a suivi des cours de Carl von Linné.

Commentaires : j’ai photographié un plant le 29 août 2014 et le plant avait des bourgeons floraux non épanouis. Le spécimen était seul au milieu de l’herbe dans le haut de la zone qui est immergée lors des marées.

 Bourgeons floraux non épanouis

Stachys tenuifolia Willd. 1800
L'épiaire à feuilles ténues, l'épiaire à feuilles minces

L'épiaire à feuilles ténues fait partie de la famille des Lamiacées. Cette plante peut atteindre 15 à 75 cm (6 à 30 po) de hauteur. La tige centrale est carrée. Ses feuilles dentelées sont opposées et mesurent environ 9 cm (3½ po) de longueur et 2,5 cm (1 po) de largeur. Les pétioles des feuilles basilaires mesurent 6 mm (¼ po) ou légèrement plus. Les feuilles supérieures ont des pétioles plus courts ou sont directement attachées à la tige (feuilles sessiles). L'épiaire à feuilles ténues produit des inflorescences de fleurs roses en épi qui peuvent mesurer 5 à 20 cm (2 à 8 po) de longueur. La plante peut fleurir de juillet à septembre. Cette plante pousse souvent en compagnie de d'autres membres de la famille des menthes comme la menthe du Canada (Mentha arvensis subsp. borealis).

Commentaires : j’ai repéré les épiaires en petite colonie principalement le long de la berge, souvent en compagnie de la menthe du Canada (Mentha arvensis subsp. borealis).

Démarches d'identification :

MAZ : selon Marie-Victorin (je n'ai pas de livres de références plus récents), il y a 2 sortes d'épiaires, l'une avec les feuilles inférieures subsessiles (Stachys palustris), l'autre avec les feuilles basilaires bien pétiolées (Stachys tenuifolia). Je ne peux pas voir ce caractère sur la photo. Par contre, l'espèce la plus fréquente au Québec (Stachys tenuifolia) se retrouve surtout dans la vallée de l'Outaouais et le long du St-Laurent jusqu'à l'eau salée. Compte tenu de mes informations, j'opterais pour cette dernière identification.

Rock : je viens de consulter The Plant List pour Stachys tenuifolia Willd. 1800 et ce nom est encore accepté. Donc, je pousse plus loin mes recherches car vous me posez une problématique d'identification. Je me fiais au livre récent de Martine Lapointe sur les plantes de milieux humides et de bord de mer du Québec et des Maritimes et je ne voyais que l'espèce palustris. Je viens de consulter sur le web le rapport Plan de restauration des habitats du Saint-Laurent en Chaudière-Appalaches, Jean-François Allaire et Isabelle Parent, Lévis, octobre 2014, et à la page 73, on a fait un inventaire de plantes à Lotbinière, donc pas loin du Domaine et on identifie Stachys tenuifolia et non Stachys palustris. Donc il semble bien, comme vous le dites, que la plante correspondrait plus à l'espèce tenuifolia. Je vais tenter de trouver une photo où on voit mieux les feuilles basilaires.

Cette plante peut être confondue avec :

Stachys palustris L. 1753
L’épiaire maritime, la stachide des marais, l’épiaire des marais, l’ortie des marais

L’épiaire maritime fait partie de la famille des Lamiacées. Elle est originaire de l’Asie et de l’Europe. Cette plante herbacée vivace donne une inflorescence en forme d’épi, composée de petites fleurs tubulaires rose pâle. Les épis apparaissent au sommet des tiges. La lèvre inférieure présente un dessin qui évoque celui des orchidées. L’épiaire maritime fleurit de juillet à octobre. La tige bien dressée, garnie de poils rudes, est carrée et creuse. Les feuilles, allongées et pointues, sont opposées et situées directement sur la tige carrée. Le plant peut atteindre 30 à 80 cm(12 à 32 po) de hauteur.

Stachys palustris L. 1753

Les feuilles, allongées et pointues, sont opposées et situées directement sur la tige carrée

Les feuilles, allongées et pointues

L'épiaire

Ageratina altissima (L.) R. M. King & H. Rob. 1970 (Syn. Eupatorium rugosum Houtt. 1779)
L’eupatoire rugueuse, l’agératine élevée

L’eupatoire rugueuse est originaire du Canada et des États-Unis. Elle fait partie de la famille des Astéracées. Elle est la seule représentante du genre Ageratina au Québec. Cette plante est mieux connue sous son ancienne dénomination scientifique, Eupatorium rugosum. Le nom de l’espèce, altissima, évoque la hauteur de cette plante qui est très supérieure à celles des agérates (Ageratum). Cette plante est extrêmement toxique pour les animaux qui la broutent.

L’agératine élevée fleurit de la fin d’août jusqu’en octobre. Elle donne des corymbes de petites fleurs blanches qui ressemblent à celles des agérates. Le plant forme une touffe dense de tiges verticales qui peut atteindre jusqu’à 90 cm (3 pi) de hauteur. Cette plante herbacée vivace affectionne les sous-bois ombragés.

Commentaires : l’eupatoire rugueuse est omniprésente au Domaine Joly-De Lotbinière surtout dans la falaise ombragée et en bordure des passages piétonniers le long de la forêt. Au niveau de la bordure du fleuve, elle se cache du soleil dans la bordure forestière qui longe la rive.

Ageratina altissima

L’eupatoire rugueuse, l’agératine élevée

Ageratina altissima (L.) R. M. King & H. Rob. 1970 (Syn. Eupatorium rugosum Houtt. 1779)

Sium suave Walter 1788
La berle douce

Le genre Sium fait partie de la famille des Apiacées. L’espèce suave est la seule espèce qui pousse au Québec. Elle est originaire de la Sibérie, de la Chine, du Japon et de la Corée. C’est une plante vivace qui pousse dans des endroits humides à mouillés comme les rives boueuses du fleuve Saint-Laurent. On la qualifierait de berle douce en rapport avec le doux parfum de ses tiges, qui rappellerait l’odeur du fenouil (Foeniculum vulgare). En anglais, on l’appelle Fragrant Water Parsnip dans le même sens. Cicuta bulbifera, qui lui ressemble, arbore des feuilles plus fines que la berle douce. Cette plante donne des fleurs blanches en ombelle. La berle douce fleurit de juillet en septembre. Les feuilles sont lancéolées avec une bordure légèrement dentelée. Le plant peut atteindre entre 60 à 120 cm (2 à 4 pi) de hauteur.

Commentaires : les plants observés au Domaine Joly-De Lotbinière étaient isolés. J’en ai observé trois ou quatre le 6 septembre 2014. Le 12 septembre 2014, j’en ai encore photographié quelques spécimens. Je cherchais Cicuta maculata var. victorinii. Ma première identification s’orientait vers Ciculata bulbifera L. 1753, mais monsieur Jacques Labrecque l’a formellement identifié comme Sium suave. En consultant le livre de Martine Lapointe, la photo est éloquente à la page 214.

Sium suave Walter 1788

La berle douce

Xanthium strumarium L. 1753
La lampourde stramoine, la lampourde aux écrouelles, la lampourde glouteron, la lampourde à gros fruits, la lampourde de Chine, la lampourde d’Orient, la petite bardane

Cette plante herbacée annuelle appartient à la famille des astéracées. Elle serait native de l’Europe et de l’Amérique du Nord. La dénomination scientifique Xanthium strumarium var. canadense (Mill.) Torr. & A. Gray 1842 est aujourd’hui considérée comme un synonyme de Xanthium strumarium. Les feuilles sont cordées et pubescentes : elles sont même rugueuses au toucher. Elles sont assez grosses pouvant mesurer 20 cm (8 po) de longueur et 15 cm (6 po) de largeur. Les tiges sont aussi pubescentes et rugueuses. Elles sont marquées de taches violacées. Le fruit est une capsule ovale recouverte d’épines. Le plant peut mesurer entre 30 à 90 cm (1 à 3 pi).

Commentaires : les spécimens que j’ai photographiés à l’automne 2014 poussaient sur la grève un peu plus haut que la ligne de la plus haute marée.

Xanthium strumarium L. 1753

Le fruit est une capsule ovale recouverte d’épines.
Le fruit est une capsule ovale recouverte d’épines.

Les feuilles sont cordées et pubescentes.
Les feuilles sont cordées et pubescentes.

Apios americana Medik. 1787
L’apios d’Amérique, les patates en chapelet, la glycine tubéreuse

Cette plante fait de la famille des Fabacées et est originaire de l’Amérique du Nord. L’apios d’Amérique a été l’une des plantes comestibles indigènes les plus populaires dans l’est de l’Amérique du Nord. Les Amérindiens ainsi que les premiers colons d’Amérique ont utilisé ses tubercules de façon importante comme ressource alimentaire. Ces derniers sont disposés en forme de chapelet le long de la racine. Son nom commun de patates en chapelet évoque cet aspect alimentaire.

Cette plante riveraine ou de milieu humide se développe comme une plante volubile et s’enroule à travers les branches des arbustes ou sur les tiges de certaines plantes herbacées de haute taille. Ses feuilles composées comptent cinq à sept folioles de forme ovale. L’apios d’Amérique produit des grappes de fleurs parfumées brun rouge, qui ressemblent à celles de la glycine d’où son nom commun de glycine tubéreuse. Le fruit est une gousse qui peut mesurer 5 à 10 cm (2 à 4 po) de longueur. Les haricots sont comestibles.

Apios americana Medik. 1787

L’apios se développe comme une plante volubile et s’enroule à travers des branches ou des tiges hautes.
L’apios se développe comme une plante volubile et s’enroule à travers des branches ou des tiges hautes.

Ses grappes de fleurs parfumées brun rouge ressemblent à celles de la glycine d’où son nom commun de glycine tubéreuse.
Ses grappes de fleurs parfumées brun rouge ressemblent à celles de la glycine d’où son nom commun de glycine tubéreuse.

Butomus umbellatus L. 1753
Le butome à ombelle, le jonc fleuri

Cette plante introduite au Québec a été observée pour la première fois chez-nous en 1897, à La Prairie. Elle a été collectée au même endroit en 1905. Aujourd’hui, le butome à ombelle est bien établi en eau douce le long du fleuve Saint-Laurent. Cette plante herbacée vivace appartient à la famille des Butomacées. Elle est originaire de l’Asie de l’Est. Sa floraison est constituée de petites fleurs rose pâle disposées en ombelle terminale. La floraison survient de juillet à septembre. Son feuillage est linéaire. Le plant peut atteindre 70 à 90 cm(28 à 36 po). Le butome à ombelle pousse dans les sols vaseux qui sont recouverts d’eau. Il se développe au plein soleil.

Commentaires : sa floraison est très tardive au Domaine Joly-De Lotbinière. J’ai pris des photos de cette plante les 6 et le 12 septembre 2014.

Butomus umbellatus L. 1753

On voit très bien ici l’ombelle et les fruits à droite.
On voit très bien ici l’ombelle et les fruits à droite.

Voici une petite colonie dans une mare d’eau douce.
Voici une petite colonie dans une mare d’eau douce.

Thypha angustifolia L. 1753
La quenouille à feuilles étroites

Cette plante vivace à feuilles étroites, comme le nom de l’espèce l’indique, donne à la fin de l’été des épis brun foncé qui rappellent la forme d’un cigare. Ses feuilles linéaires mesurent environ 1,5 cm (½ po) de largeur. Le plant peut atteindre entre 1,2 à 2,2 m (4 à 7 pi) de hauteur. Cette plante de rivage a besoin d’un sol riche et toujours humide. Elle peut aussi pousser dans les eaux saumâtres. Ses racines rhizomateuses permettent à la plante de s’étendre et de former des colonies.

Commentaires : j’ai observé deux plants isolés et deux colonies. La floraison était rarissime au niveau des colonies. Celles-ci étaient sous une exposition plutôt ombragée.

Thypha angustifolia L. 1753

La quenouille à feuilles étroites

Helenium autumnale L. 1753
Hélénie automnale

L’hélénie automnale est une plante herbacée vivace appartenant à la famille des Astéracées. Cette jolie plante de rivage est originaire de l’Amérique du Nord. On la retrouve le long des rivages argileux du fleuve Saint-Laurent, en eau douce. Le plant peut atteindre entre 60 et 100 cm (24 à 39 po). L’hélénie automnale donne des fleurs jaunes dont les pétales présentent trois pointes arrondies à leur extrémité. Elle peut fleurir de juillet à septembre. La fleur mesure 2,5 à 4 cm (1 à 1½ po) de diamètre. Les feuilles sont alternes.

Helenium autumnale L. 1753  

Cette hélénie poussait directement dans les cailloux de la grève.
Cette hélénie poussait directement dans les cailloux de la grève.

L’hélénie automnale donne des fleurs jaunes dont les pétales présentent trois pointes arrondies à leur extrémité.
L’hélénie automnale donne des fleurs jaunes dont les pétales présentent trois pointes arrondies à leur extrémité.

 

Rock Giguère

 

« Retour

Explorer, découvrir et se divertir

Endroit de prédilection pour tous les amateurs de patrimoine, de jardins, de culture, de photographie et de détente, le Domaine Joly-De Lotbinière vous propose une remarquable rencontre avec l'histoire et la nature, un pique-nique sous les arbres centenaires, une promenade au cœur de magnifiques jardins, une randonnée en forêt, une balade-découverte au bord du fleuve et plus encore...

Pour information

  • Téléphone : 418 926-2462
  • Télécopieur : 418 926-2525

Abonnez-vous à l'infolettre



Imprimer

Suivez-nous sur


Domaine Joly-De Lotbinière
7015, route Pointe Platon, C. P. 1000
Sainte-Croix, Québec, Canada
G0S 2H0
Téléphone : 418 926-2462
Télécopieur : 418 926-2525
Courriel :

Imprimé le : 29 septembre 2016